Aller au contenu

Commentaire mensuel

En septembre, les investisseurs ont recommencé à miser sur la relance économique, encouragés par les signes de résilience de l’économie mondiale. De plus, ils se sont réjouis du relâchement des tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord et de la présentation, par le président Trump, de son projet de réforme fiscale tant attendue, nourrissant ainsi les attentes à l’égard de son programme budgétaire. Au final, les investisseurs ont maintenu leur appétit au risque et les marchés des actions ont surpassé les marchés à revenu fixe en septembre.

Octobre 2017

L’expansion synchronisée de l’économie mondiale demeure le principal vecteur des marchés boursiers. Les actions américaines ont établi de nouveaux records, portées par l’optimisme renouvelé envers la santé de l’économie américaine et les grandes attentes entourant les réductions des impôts des sociétés. Entre-temps, le marché boursier canadien a effectué une excellente remontée et dominé les autres marchés, grâce au rebond des prix du brut et à la hausse des taux d’intérêt, qui ont favorisé le secteur des services financiers. Dans ce contexte, l’indice S&P/TSX est de retour en territoire positif en 2017. À l’étranger, les actions internationales bénéficient toujours de la conjoncture économique favorable et des bénéfices en hausse en Europe et au Japon. Dans les pays émergents, les marchés boursiers ont perdu de leur vigueur, ralentis par les hausses anticipées des taux d’intérêt et la progression du billet vert.

Les marchés obligataires ont évolué en fonction de l’appétit au risque des investisseurs pendant le mois, les taux de rendement des obligations gouvernementales augmentant à l’échelle mondiale. Aux États-Unis, le rebond des prix pétroliers et les espoirs de réductions des impôts ont relancé les perspectives d’inflation, exerçant ainsi des pressions à la hausse sur les taux de rendement. En outre, la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, a trompé les attentes des investisseurs en laissant entrevoir une nouvelle hausse des taux d’intérêt cette année. Les taux de rendement des obligations canadiennes ont également progressé après que la Banque du Canada ait surpris les marchés en augmentant ses taux d’intérêt pour la deuxième fois en septembre. Elle semble toutefois avoir changé son fusil d’épaule, puisque les hauts dirigeants ont ensuite minimisé la probabilité d’une nouvelle hausse à court terme.

Le dollar américain est reparti à la hausse lorsque la présidente Janet Yellen a répété que la Réserve fédérale entendait toujours relever ses taux plus tard cette année. Il a également bénéficié du programme de réduction des impôts annoncé par le président Trump. Parallèlement, le huard a gagné de la valeur pendant la majeure partie du mois de septembre, mais il a reculé à 0,80 $US vers la fin de la période après que les décideurs politiques aient calmé les attentes et souligné que la Banque du Canada allait faire preuve de prudence et tâcher de bien calculer l’incidence de la hausse des coûts d’emprunt et de la vigueur du dollar sur l’économie nationale.

Sur les marchés des matières premières, les prix du brut se sont inscrits en forte hausse en septembre, stimulés par la baisse surprise des stocks américains et la révision à la hausse de la demande mondiale par l’Agence internationale de l’énergie. Par ailleurs, la demande des raffineries américaines a rebondi après les dommages causés par les ouragans le mois dernier. À l’opposé, l’or a traversé une période difficile, son prix étant tiré vers le bas par les commentaires moins accommodants de la Réserve fédérale et l’optimisme renouvelé dans l’appareil politique américain, deux éléments qui ont favorisé la remontée du billet vert.

Téléchargez le PDF – Marchés institutionnels

Téléchargez le PDF – Gestion privée

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre mensuelle
* Champs requis